L'empreinte de Vauban

(1680-1745)

L'arrivée au pouvoir de Louis XIV modifie considérablement la donne pour la Bretagne, qui, conséquence du mouvement de centralisation administrative, n'est plus libre de sa politique économique. Non seulement les impôts augmentent mais les tensions s'exacerbent entre la France et l'Angleterre, à tel point que le commerce entre les deux pays est bloqué.

Morlaix perd ainsi son principal partenaire commercial et son dynamisme économique est freiné.
Dans ce contexte de conflits incessants, la Bretagne occupe, par sa proximité géographique avec l'Angleterre, une position hautement stratégique. Position que Louis XIV entend bien défendre. Aussi, envoie-t-il son ingénieur militaire Vauban moderniser les fortifications du littoral breton.


Le fort s'agrandit

La charge du château du Taureau est alors retirée aux habitants de Morlaix, et le fort entièrement reconstruit, à l'exception de la tour française. Objectif : ériger un fort plus solide et plus grand. Les travaux s'étaleront sur 45 ans environ. L'édifice, construit essentiellement en granite de l'île, voisine, de Callot, a une forme oblongue qui épouse celle du rocher. Il mesure 60 mètres de long, 12 mètres de large et 12 mètres de haut pour une surface bâtie de 1450 m2. On y trouve 11 casemates qui peuvent recevoir chacune un canon. Le fort abrite également les logements des soldats et des officiers, deux cachots, une cantine et une cuisine, une chapelle et des latrines. Quant à l'eau potable, elle est fournie par une citerne qui collecte les eaux de pluie.

Partagez